[Chronique #141] La Mélancolie du Kangourou

Auteur : Laure Manel

Editeur : Michel Lafon

Date de sortie : 3 mai 2018

Nombre de pages : 349 pages

Prix :

  • Broché : 18,95 euros
  • Ebook : 4,99 euros

 

 

Résumé

 

Alors qu’il s’apprête à vivre le plus beau moment de sa vie avec la naissance de sa fille, Antoine est confronté au plus horrible des drames : la mort de sa femme durant l’accouchement. Anéanti par la perte de celle qu’il aimait plus que tout, Antoine a du mal à créer du lien avec son bébé jusqu’à ce qu’il embauche Rose, une pétillante jeune femme à l’irrépressible joie de vivre, pour s’occuper du nourrisson. Parviendra-t-elle à aider Antoine à se révéler comme père et à se reconstruire ?

 

Je remercie les éditions Michel Lafon pour ce Service Presse effectué via le site NetGalley.

 

Mon avis

 

La Mélancolie du Kangourou est un livre écrit par Laure Manel et édité par Michel Lafon.

Tout commence par une belle histoire d’amour entre Antoine et Raphaëlle. Un couple en osmose et d’autant plus heureux que Raphaëlle attend un enfant. Malheureusement, le jour de l’accouchement, la Mort frappe à leur porte en emportant Raphaëlle. Antoine reste seul, seul avec sa tristesse, seul avec sa peine… et sa petite fille Lou. Et c’est pour l’aider à s’en occuper, qu’Antoine prend la décision d’engager une nounou et le sort lui fait rencontrer Rose…

Le roman nous plonge dans une véritable tragédie familiale. Imaginez que le même jour, votre enfant naît et votre épouse que vous aimez plus que tout décède ? C’est cette cruelle ironie que subit de plein fouet Antoine. Nous suivons ainsi tout le parcours de son deuil, de l’incrédulité, au déni en passant par la colère. Pourtant, malgré son épreuve, j’ai souvent éprouvé de la colère envers lui et envers son comportement vis-à-vis de son enfant. Sa souffrance l’aveugle et lui fait reporter sa colère sur un être innocent. Durant une bonne partie du roman, l’auteur nous présente Antoine comme un homme sombre, taciturne, renfermé sur lui-même et vivant uniquement pour son travail et sa carrière. Un personnage qui nous apparaît comme pathétique.

A contrario, Rose est un véritable rayon de soleil ! Vive, enjouée, voyant toujours le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, elle va débouler dans la vie d’Antoine comme un ouragan. Malgré son jeune âge, elle va s’attacher immédiatement à la petite Lou et s’en occuper plus comme une mère que comme une nounou, lui apportant toute l’affection que lui refuse le père. Mais Rose n’est pas que ça. Elle est aussi une jeune fille pleine de passion et d’empathie, prête à mettre ses rêves de côté pour le bien de son entourage. Elle peut apparaître comme naïve et soumise alors que c’est uniquement sa gentillesse naturelle qui dicte ses actions.

Deux personnages complètement différents de par leur âge, situation professionnelle et situation familiale. Pourtant, entre ces deux-là, on sent une étincelle qui naît petit à petit. L’évolution de leurs relations avance tout doucement, l’auteur n’ayant rien précipité. Cela rend le récit plus vrai, plus naturelle, plus tendre.

L’écriture de Laure Manel est simple, sans détails inutiles. Cela n’empêche pas que les émotions qu’elle veut nous transmettre sont belles et bien présentes et on ressent sans difficulté tout le mal être d’Antoine et toute la joie de Rose.

La Mélancolie du Kangourou est un roman que j’ai beaucoup aimé. Partant d’un sujet difficile, Laure Manel nous a construit une belle histoire entre ces deux êtres opposés. Une magnifique ode à la vie et à l’espoir.

Rendez-vous sur Hellocoton !