[Chronique #7] Anges d’Apocalypse – Tome 1 – Le tourment des aurores

de Stéphane Soutoul

Résumé : 


Deux corps pour une seule âme. Impossible selon vous ?

C’est pourtant le fardeau que j’endure suite à la malédiction lancée par un sorcier. Tout ça parce que j’ai eu le cran de refuser ses avances. Pour la peine, je l’ai tué, mais en attendant quelle plaie ! La nuit, je suis Famine, l’un des quatre cavaliers de l’apocalypse, et ex-meurtrière qui s’est reconvertie dans la profession de garde du corps. Et lorsque vient le jour, je me trouve coincée avec l’identité de Samantha, une lycéenne des plus ordinaires.

Comme si je n’avais pas déjà suffisamment d’ennuis avec deux vies à mener de front, la Cour des sorciers de Toronto vient de me confier la protection de son lord. Il faut dire que certains de ses dissidents se sont mis en tête de le supprimer. Cette fois-ci, je n’ai pas le droit à l’erreur, même si mon côté humain a choisi le mauvais moment pour s’enticher d’un étrange garçon, le genre craquant, mais véritable nid à problèmes…

Je vous le dis : pas facile de gérer deux existences à la fois !

Mon avis :

Premier tome de la série d’Urban Fantasy, Anges d’Apocalypse, écrit par Stéphane Soutoul et sorti chez Rebelle Editions. Cela faisait un moment que ce livre me faisait de l’oeil, notamment à cause (ou grâce ?) à sa magnifique couverture signé Miesis (à qui on doit aussi les illustrations de la série Les sentinelles de l’ombre notamment).

Dans ce premier livre de la série, l’auteur, Stéphane Soutoul, nous plante tranquillement le décor. On y fait la connaissance de Syldia ou Samantha. C’est probablement ce que j’ai le plus apprécié dans ce roman, cette dualité entre Syldia (ou Famine), être immortelle et très puissante et Samantha, jeune adolescente lycéenne et plutôt frêle. Même si une seule âme transit d’un corps à l’autre, on a quand même l’impression d’avoir deux personnages différents tellement le style de vie et leurs physique diffèrent. Si Syldia a tendance de faire usage de ses poings en cas de pépin, Samantha, elle, compte principalement sur sa grande gueule, vu que niveau carrure, elle est loin d’être impressionnante. Pourtant, elles partagent quand même des points communs, notamment leur sens de la justice; leur grande gueule et ce talent indéniable de s’attirer les ennuis en furetant partout. Malgré tout, l’une comme l’autre, sont très attachantes. Petite mention pour ses réflexions où elle donne l’impression de s’adresser directement au lecteur. Cela rajoute un côté plus vivant à l’aventure.

Même si l’histoire est principalement centré sur Syldia/Samantha, les autres personnages ne sont pas en reste ! Notamment les frangines de Syldia, les trois autres cavaliers de l’Apocalypse. Elles sont toutes différentes, avec Raven (Guerre) l’impulsive, Jillian (Pestilence) la plus posée et Eve (Mort) la plus discrète. Mais les hommes sont plutôt bien représentant aussi ! Que ce soit Desmond le sorcier Modificateur et un brin lunatique ou encore Nathan, le jeune humain écorché vif au triste passé, ils ne vous laisseront pas de marbre. Ces deux hommes vont avoir un rôle important que ce soit pour Syldia ou Samantha.
L’écriture de l’auteur se suit sans problème tellement c’est fluide et agréable à lire. A aucun moment on est perdu dans l’histoire même si on pourrait dire que le rythme peut paraître un peu lent. Après, c’est un premier tome, donc le temps de nous plonger dans l’ambiance et la mise en place de l’univers. Mais cela reste plaisant à lire. Bien sûr, le vrai point fort de ce livre, c’est l’alternance des deux corps. Cela nous permet d’étoffer l’histoire car on a les sentiments de l’héroïne côté immortelle et côté humain mais cela donne aussi des repères temporel au rythme des journées et nuits qui s’enchaînent. De plus, les personnages secondaires étant différents qu’on suive Syldia ou Samantha même si on se doute qu’à un moment dans la série, des ramifications vont se faire et que tout va se retrouver lié à un moment donné.
Au final, un premier tome réussi qui pose bien le décor de la série. Un univers plaisant à découvrir bien que pas forcément très original mais j’ai aimé découvrir les différents rouages politiques parmi les créatures surnaturelles de Toronto, les personnages charismatiques bien que pour certains, j’avais juste envie de les taper. Une fois la dernière ligne lu, on a qu’une envie, c’est de lire la suite pour en savoir toujours plus. La preuve, je n’ai pas pu m’empêcher d’attaquer directement la suite, et j’ai été tellement happé que j’ai lu les quatre tomes suivants en cinq jours XD


Rendez-vous sur Hellocoton !

One comment

Laisser un commentaire