A gauche après l’asile – Saison 1 – Intégrale

Auteur : Jessie

Edition : Walrus

Prix :

  • Ebook : 9,99 Euros

 

 

 

 

 

Résumé

 

Comment décrire l’indescriptible ? Il se passe beaucoup de choses à Arkham, ce qui n’est pas pour déplaire à Casey Bolton, détective privée de l’occulte à la tête d’une agence qui se voit confier d’étranges enquêtes. Entourée de curieux spécimens plus ou moins aptes à mener à bien les noirs desseins des Grands Anciens, la jeune femme doit démêler d’extravagantes affaires… sans jamais perdre son style (tout le reste pourra être négocié).

À ceux qui ont toujours su que Lovecraft n’était pas devenu fou pour rien, ce livre va vous donner raison : aucune chance que vous sortiez indemne de la lecture des aventures de Casey Bolton. Les éditeurs et surveillants du Walrus Institute déclinent quant à eux toute responsabilité concernant la perte de vos points de santé mentale, mais s’engagent à prodiguer les meilleurs soins à Jessie, l’auteure de cette truculente fresque haute en couleur.

 

Mon avis

 

Je remercie l’éditeur Walrus pour ce Service Presse effectué via le site Simplement.Pro.

Disons le tout de suite, ce livre est tout sauf banal. Il regroupe 5 épisodes sortis au préalable indépendamment, et regroupés dans une intégrale que j’ai pu lire. On y suit Casey, une détective et ses acolytes, très très spéciaux. Ensemble, ils résoudront des enquêtes et des mystères qui sont tous plus bizarres les uns que les autres.

L’univers est très particulier que j’ai trouvé farfelu. Tout y est absurde, parodiant d’autres oeuvres. Malheureusement, je n’y ai pas compris grand-chose. Ce n’est pas faute d’avoir essayé de rentrer dans le récit, de relire des passages entiers plusieurs fois, mais rien n’y a fait. J’ai été perdu d’un bout à l’autre, dans une succession de scènes et de personnages originaux. Apparemment, l’auteur s’inspire de HP Lovecraft et de son oeuvre Cthulhu, que je ne connais absolument pas, autant dire que cela ne m’a pas aidé et j’ai eu la sensation d’être complètement à côté de la plaque.

Les personnages sont très nombreux, et j’ai aussi eu du mal à tous les situer. Mise à part quelques-uns qui sont récurrents, les autres sont restés trop flous.

De plus, l’écriture n’a pas aidé à l’immersion et à la compréhension. Non pas que l’auteur écrit mal, bien au contraire, on sent un talent certain. Mais le choix du point de vue interne limite certaines choses. Certes Casey est plutôt marrante à suivre avec ses réflexions et sa verve piquante, mais nous n’avons que ça. Déjà, le récit brille par l’absence de descriptions environnementales. Difficile de bien s’imaginer l’action sans descriptions. Enfin, les dialogues sont nombreux malheureusement, l’auteur ne dit pas toujours qui parle à qui et je me suis souvent demandé justement QUI parlait. Un peu embrouillé tout ça.

Heureusement que l’humour est omniprésent et je me suis surprise à sourire devant certaines situations et réflexions de l’héroïne qui n’a clairement pas sa langue dans sa poche. Malheureusement, cela ne m’a pas suffi et j’ai eu beaucoup de difficulté à lire et à finir ce livre.

Pour conclure, un livre trop atypique pour moi et dans lequel je n’y ai pas compris grand-chose à cause de la narration. Mais pour les connaisseurs de Lovecraft, qui aiment l’humour et qui recherchent un livre original sortant des sentiers habituels, je pense qu’A gauche après l’asile pourraient leur plaire et mériterait d’être découvert.

Rendez-vous sur Hellocoton !

One comment

  1. Jessie says:

    Je crois volontiers que ce n’est pas simple à lire, ce n’était pas simple à écrire non plus 😀 Merci pour cette chronique 🙂

Laisser un commentaire