[Chronique #53] Une enquête à la Belle-Epoque – Tome 1 – La lettre froissée

Auteur : Alice Quinn

Editeur : Amazon Publishing

Date de sortie : 17 janvier 2018

Nombre de pages : 444 pages

Prix :

  • Broché : 19 Euros
  • Ebook : 5,99 Euros

 

 

 

Résumé

 

Cannes, printemps 1884

Plus rien ne semble devoir sourire à Miss Gabriella Fletcher : l’aristocrate britannique, déjà déclassée en raison de sa ruine et de ses préférences amoureuses, vient de perdre son emploi en même temps que son amante, et son avenir s’annonce bien sombre. C’est alors qu’elle tombe sur une petite annonce qui pourrait bien devenir sa planche de salut…

La voilà gouvernante de Filomena Giglio, dite « Lola » : sa villa « Les Pavots » est dans un état déplorable et ses mœurs sont pour le moins dissolues, mais cette patronne hors du commun n’est pas pour déplaire à Miss Fletcher, loin de là.

Malheureusement, le répit est de courte durée. Un messager inattendu – un certain Maupassant – débarque, porteur malgré lui d’une mauvaise nouvelle : Lola, dont la rente va être suspendue, risque l’expulsion. Une sorte de fatalité semble s’acharner sur la jeune femme quand, peu de temps après, son amie d’enfance Clara, qui l’avait justement appelée à l’aide quelques jours plus tôt, est retrouvée morte dans des circonstances troublantes. Lola, Gabriella et l’homme de lettres décident de relever le défi : résoudre l’énigme du décès de Clara et trouver l’argent pour ne pas se retrouver à la rue. Leur détermination suffira-t-elle dans un monde où la fortune, les hommes et les apparences règnent en maîtres ?

 

Mon avis

 

Je remercie l’éditeur Amazon Publishing, pour ce Service Presse effectuée grâce au site NetGalley.

A Cannes, au XIXème siècle, la vie est difficile pour Gabriella Fletcher, aristocrate anglaise désargentée, qui erre comme une âme en peine dans la ville suite à la perte de son emploi et de son amour. Pourtant, une petite annonce d’emploi dans un journal va changer sa vie. La voilà au service de Filomena Giglio, une demie-mondaine. Sa vie aurait pu en rester là, si un horrible meurtre n’était pas survenue. Et par la force des choses, et aidées par Guy de Maupassant, les voilà qui se mettent en tête de résoudre ce meurtre. Une entreprise qui s’annonce plus que délicate pour nos trois apprentis détectives.

Le récit est raconté du point de vue interne de Gabriella. Cette femme a connu des moments difficiles dans sa vie, dû à sa déchéance sociale et financière. Sa situation l’a rendue fragile émotionnellement et elle a une peur terrible de la perte qu’elle soit matérielle ou affective. Mais cela ne l’empêche pas d’avoir un oeil critique vis-à-vis de la société qui l’entoure. Malgré tout, elle forme un bon trio avec ses deux autres comparses, Filomena dite Lola et Guy de Maupassant. Lola est une représentante typique des courtisanes de cette époque, qui affluait dans tous les lieux chics. Matérialiste, et usant et abusant de ses charmes, elle a su garder un bon coeur et réprouve toute forme d’injustice. C’est d’ailleurs à cause d’elle qu’ils se retrouvent tous embarquer dans cette histoire. Quant à Guy de Maupassant, j’ai été étonnée de retrouver le célèbre écrivain. Bien qu’un peu imbue de sa personne et un tantinet narcissique, il saura se montrer utile grâce à sa renommée.

L’histoire nous fait visiter Cannes, endroit très à la mode pour toutes les têtes fortunées de cette époque mais où se retrouve aussi la misère principalement des émigrés.. Ainsi, l’auteur nous montre les salons des hôtels luxueux et les faubourgs misérables où s’entassent les pauvres. On y a une vision de cette société très hiérarchisée où la richesse et la pauvreté se côtoient. J’ai apprécié aussi qu’on nous montre la vie de ses courtisanes, de ses “horizontales”, qui pouvaient amasser des fortunes colossales mais qui pourtant étaient considérées comme n’ayant aucun statut sociale. On retrouve toujours ce contraste saisissant qui caractérise cette époque.

L’enquête est bien décrite et bien menée bien qu’assez simple au final. J’ai eu l’impression que de temps en temps, elle était vraiment mise de côté, un peu oubliée des personnages, et qu’ensuite ils y revenaient dessus comme si de rien n’était. Malgré tout, la fin m’a un peu surprise ainsi que son dénouement.

Un premier tome que j’ai beaucoup aimé lire. Je lis rarement des policiers historiques, du coup ça a été un peu une découverte pour ma part. Découverte que je ne regrette pas, car même si j’ai trouvé l’enquête un peu légère, le contexte et ses personnages sont intéressants. Le tout desservi par une plume fluide dont j’ai pris plaisir à lire et à découvrir. Une belle découverte !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

One comment

  1. Alice Quinn says:

    Chère Fantaza, 🙂
    En ce premier jour de la sortie du roman, je vous remercie de tout coeur de votre retour.
    Je peux le révéler maintenant, puisque c’est enfin sur mon blog, nous avons organisé un beau concours littéraire, l’écriture d’une lettre d’amour, avec un très beau premier prix (et ce n’est pas le seul) : un séjour de 2 nuits pour 2 personnes dans un hôtel à Cannes, Le Chalet de l’Isère, qui fut la dernière maison où séjourna Maupassant à Cannes!
    Je voulais que vos lecteurs de ce blog en soient informés!
    Toutes les infos ici:
    https://la-lettre-froissee.com/
    Merci encore pour vos mots qui me touchent,
    votre Alice

Laisser un commentaire