[Chronique #60] L’interphone ne fonctionne toujours pas – Partie 2

Auteur : Pierre-Etienne Bram

Editeur : Rebelle Editions

Date de sortie : 20 juin 2017

Nombre de pages : 260 pages

Prix :

  • Broché : 17,50 Euros
  • Ebook : 4,99 Euros

 

 

Résumé

 

« Hola je m’appelle Celia ». Il y a 300 jours, déjà, c’est avec ces mots que j’étais tombé sous le charme de cette belle Argentine, rencontrée sur Meetic. Sa voix n’avait fait que confirmer mon attirance pour elle. Pourtant, nous ne nous étions toujours pas rencontré… J’avais commencé à douter sérieusement de la réalité de son existence vu qu’aucun de nos rdv IRL n’avaient abouti. « Elle est bien réelle et belle comme sur ses photos » m’avait rassuré Caroline, une amie qui, avec son mari, l’avaient rencontrée. Comment expliquer alors son refus perpétuel de concrétiser notre amour ? Tant d’énergie et de temps peut-être perdu, je désespérais de la tenir un jour dans mes bras. Mais en persévérant, on arrive à tout…

 

Je remercie l’auteur, Pierre-Etienne Bram, pour ce Service Presse effectué via le site Simplement.Pro.

 

Mon avis

 

Dans la première partie dont vous trouverez la critique ici, on savait que l’auteur et Celia ne s’était toujours pas rencontré malgré leurs nombreux contacts et conversations via internet.

Alors, vont-ils ENFIN arrivés à se voir ? Le narrateur parviendra-t-il à voir son amoureuse ?

Suite directe de la première partie, nous retrouvons dans cette seconde partie le même schéma narratif. Ainsi, l’histoire est principalement racontée sous forme de conversation internet, SMS ou conversation téléphonique. Et cela donne toujours autant de rythme à la narration. Tout y est raconté de façon vive et concise, nous permettant d’être le témoin de toutes ses conversations privée et intime.

Les personnages sont les mêmes, donc aucune surprise de ce côté-là. Le narrateur est toujours aussi désespérant et naïf. Il est tellement accro à cette femme, qu’il n’écoute plus son entourage et effectue des actions qui m’ont halluciné. A croire qu’il aime être le jouet de Celia qu’il n’a toujours pas vu, il faut bien s’en rappeler. Il s’accroche tellement envers et contre tout, que j’avais envie qu’il réalise son souhait et je me suis surprise à éprouver les mêmes sentiments que lui que ce soit le désespoir, la colère, l’espoir. Il en reste attachant et on ne peut qu’éprouver de l’empathie même s’il donne toujours autant l’envie de le secouer pour lui faire ouvrir les yeux. Heureusement qu’il peut quand même compter sur son entourage bien qu’il soit par moments très dur envers eux. Notamment son amie Caroline, dont il n’hésite pas à en faire un portrait au vitriol et dans une méchanceté gratuite. Pourtant, elle reste à ses côtés, en faisant tout ce qu’elle peut pour que la rencontre se réalise.

Celia, quant à elle, est encore plus tête à claques que dans la précédente partie. Au fond, elle reste identique et suit sa ligne de conduite. Toujours aussi mystérieuse, toujours aussi manipulatrice, le voile de mystère qui l’entoure reste aussi ténu et opaque. Mais qui est-elle vraiment ? Et pourquoi joue-t-elle ce jeu ?

L’histoire avance au jour le jour mais sans réelle surprise car cela reste globalement très proche du précédent. Par contre la fin ne m’a pas vraiment surprise car je m’en suis doutée assez tôt dans le roman, l’auteur nous distillant des indices.

Un second tome qui reste dans la même lignée. Malgré le manque de surprise que j’ai pu ressentir, je l’ai toutefois trouvé agréable à lire, aimant la plume et le style d’écriture de l’auteur.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire