[Chronique #70] La Cavalcade des enfants rois

Auteur : Raphaël Delpard

Editeur : Presses de la Cité

Date de sortie : 21 septembre 2017

Nombre de pages : 336 pages

Prix :

  • Broché : 20 Euros
  • Ebook : 13,99 Euros

 

 

Résumé

 

En 1941, dans la Sarthe, trois jeunes enfants, que la vie n’a pas épargnés, s’engagent dans un réseau de résistance, effectuant des missions essentielles de communication et d’information. Ces actes sont aussi, pour chacun d’eux, une quête éperdue d’amour et de reconnaissance.Nez au vent, foulée légère, pour la toute première fois Julien goûte à la liberté. Il fuit sa vie ballottée d’une famille d’accueil à l’autre. Mais, vite repris par les gendarmes, l’orphelin est mené dans un centre d’éducation pour jeunes délinquants et vagabonds. Il trouve réconfort auprès de Tristan, un peu plus âgé et plus mûr, dont les parents, juifs, ont été déportés. Un jour, ils parviennent à s’enfuir, direction la Sarthe, que Julien connaît bien pour y avoir grandi. Là, leur destin sera lié à celui de la petite Marie, placée chez des fermiers qui la maltraitent.

Ces trois compagnons, que la vie n’a pas épargnés, vont alors s’enrôler dans un réseau de résistance…

Quel sera le prix de leur engagement ? Sacrifieront-ils leur enfance, leurs rêves au nom de leur combat ?

Un hymne à la vie et à la jeunesse.

 

Je remercie l’éditeur Presses de la Cité pour ce Service Presse effectué via le site NetGalley.

 

Mon avis

 

La Cavalcade des enfants rois écrit par Raphaël Delpard, nous narre l’histoire de trois enfants, Julien, Tristan et Marie. Trois enfants orphelins, emportés par le tourment de l’Histoire.

Julien est un jeune garçon de douze ans. Parce qu’il est orphelin, il fut placé dans une famille d’accueil dont il s’échappe pour réaliser son rêve : prendre la mer et partir en Amérique. Malheureusement pour lui, il fut arrêté pour vol et enfermé dans une maison spécialisée. Sur place, il va rencontrer Tristan, jeune adolescent au passé trouble. Ensemble, ils vont se soutenir au milieu de la violence qui règne dans cette institution où le corps et l’esprit sont mis à rude épreuve. Pourtant, un jour, contre toute attente, ils parviennent à fuir. Sans vraiment savoir où ils vont, ils fuient leurs poursuivants. En chemin, ils vont rencontrer et prendre sous leur aile une petite fille Marie, victime elle aussi de la violence des adultes. Tous les trois vont rejoindre la Résistance et lutter pour leur survie.

L’histoire de ce roman est divisé en deux parties. La première partie se déroule principalement dans l’institution où est enfermé Julien. L’ambiance y est lugubre et froide. On se rend compte de l’horreur subie par les enfants entre les murs de ces “maisons” . Violences physiques, violences morales, viols y sont quotidiens. Ainsi les adultes censés les protégés deviennent leurs bourreaux. Je comprends pourquoi ces maisons ont été fermés après la guerre. La deuxième partie se déroule durant leurs actions dans la Résistance. Même s’ils ne réalisent pas des actes héroïques, à leur niveau, ils apportent chacun leurs aides au sein du réseau composé quasiment que de jeunes. En même temps, Julien, Tristan et Marie ont aussi une quête personnelle à effectuer, une quête liée à leurs différents passés.

J’ai aimé les trois personnages principaux. Même s’ils partagent la même souffrance, ils sont aussi différents que complémentaires. Julien est le plus rêveur et fantaisiste. Il apporte une sorte de sérénité au sein du groupe notamment quand il raconte les aventures de ses personnages préférés des BDs qu’il lit. Cela apporte un coup de fraicheur dans toute la gravité de la situation. Tristan est le plus mélancolique et s’ouvre difficilement aux autres. Quant à Marie, malgré son jeune âge, elle dégage une telle maturité vis-à-vis de son entourage qu’on oublie qu’elle n’a que neuf ans. Chacun à leur manière m’ont ému. Je retiens aussi le personnage de Angelot, petit garçon vivant dans l’institution spécialisée, victime innocente d’un adulte dont il est le “préféré”.

L’histoire m’a complètement passionnée et j’ai été absorbée dedans, à tel point que j’ai lu ce roman en une seule nuit. Impossible de le lâcher. Du début à la fin, j’ai suivi Julien, Tristan et Marie. J’ai souffert avec eux, j’ai espéré avec eux jusqu’à la fin. D’autant plus, qu’elle est très bien servie par la plume plus qu’agréable de Raphaël Delpard.

J’ai eu un énorme coup de coeur pour ce livre. J’ai aimé l’histoire de ces gosses, trop vite grandis, trop vite devenus adultes. Une belle leçon d’Histoire de ces enfants, orphelins, vagabonds, mais tellement remplis d’innocence que je ne peux que vous conseiller.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire