[Chronique #102] La Fille sous la glace

Auteur : Robert Bryndza

Editeur : Belfond

Date de sortie : 25 janvier 2018

Nombre de pages : 448 pages

Prix :

  • Broché : 19,90 euros
  • Ebook : 13,99 euros

 

 

Résumé

 

Compulsif, intense, le premier volet d’une série survoltée vendue à plus de deux millions d’exemplaires en Angleterre et qui marque l’entrée d’un nouveau nom sur la scène criminelle londonienne.

Le froid a figé la beauté de ses traits pour l’éternité.

La mort d’Andrea est un mystère, tout comme l’abominable secret qu’elle emporte avec elle…

Connue pour son sang-froid, son esprit de déduction imparable et son verbe tranchant, l’inspectrice Erika Foster semble être la mieux placée pour mener l’enquête. En lutte contre ses propres fantômes, la super flic s’interroge : peut-elle encore faire confiance à son instinct ? Et si le plus dangereux dans cette affaire n’était pas le tueur, mais elle-même ?

Sur la glace, aucun faux pas n’est permis.

 

Je remercie les éditions Belfond pour ce Service Presse effectué via le site NetGalley.

 

Mon avis

 

La Fille sous la glace est un thriller écrit par Robert Bryndza.

Angleterre, Londres. Suite à la découverte d’un cadavre de femme prisonnière dans de la glace dans un parc de la capitale anglaise, Erika Foster se voit chargée de cette délicate enquête. En effet, la victime n’est pas n’importe qui : c’est Andrea Douglas-Brown, fille d’un homme politique et faisant partie des nantis. Heureusement, Erika n’est pas le genre de femme à se laisser impressionner, ni intimidée par le milieu et elle devra faire preuve de toute son obstination et à son sens de la justice pour démêler les fils de cette délicate affaire…

La trame n’est pas très originale. On suit une enquête policière classique avec son lot de secrets bien enfouis et des révélations fracassantes pour donner envie aux lecteurs que nous-sommes de ne plus lâcher le livre jusqu’à la fin. Par contre, j’ai bien aimé découvrir les différents lieux de Londres qui sont très différents. De plus, ils sont très bien décrits que ce soit les quartiers riches des privilégiés ou les bas-fonds de la ville. Les atmosphères sont bien restituées et donnent un petit cachet particulier à l’ambiance générale.

Erika Foster est un personnage que j’ai aimé suivre tout au long de l’enquête. Meurtrie par des évènements passés, elle tente de reprendre sa vie en main, même si les fantômes viennent encore la hanter et la perturber dans son quotidien. Mais sa force de caractère lui permet d’aller de l’avant et de mener l’enquête, malgré les difficultés qui se dressent devant elle notamment celles liés au statut social de la victime. Ainsi, on se rend compte de l’influence que peuvent imposer les hommes politiques sur la société ou sur des institutions telles que la police, ce qui donne vraiment l’impression d’avoir une justice à deux vitesses et les classes sociales sont encore bien distinctes.

Les autres personnages qui gravitent ne sont pas dénués d’intérêt comme Moss et Peterson, les deux agents qui épaulent Erika. Tous les deux font partie d’une minorité dans la société mais eux aussi, malgré les difficultés rencontrées, font voler en éclats les préjugés.

Je regrette la fin prévisible et ne m’a pas étonnée. La surprise n’a pas été au rendez-vous pour ma part. Malgré tout, tout est bien amené et apporte ce plaisir de lecture surtout pour les amateurs du genre.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire