[Chronique #118] La mort d’Hitler

Auteurs : Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina

Editeur : Fayard

Date de sortie : 7 mars 2018

Nombre de pages : 372 pages

Prix :

  • Broché : 23 euros
  • Ebook : 15,99 euros

 

 

Résumé

 

Le 8 mai 1945, les nazis capitulent. Hitler s’est suicidé une semaine plus tôt, dans son bunker berlinois. Les Alliés et les Soviétiques fêtent ensemble la victoire. Voilà pour la version connue. En réalité, dès le 1er mai, Staline ordonnait à ses services d’enquêter sur la mort du Führer et de récupérer son corps. Cherchait-il une pièce à conviction ou un trophée de guerre prouvant au monde entier que son pays avait vaincu Hitler  ?
Après deux ans d’interminables négociations auprès des autorités russes, Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina ont pu accéder aux dossiers confidentiels concernant l’incroyable traque du corps d’Hitler par les espions soviétiques, ainsi qu’aux interrogatoires des témoins des derniers jours du Führer. Surtout, Moscou a accepté de leur présenter des restes humains  : un morceau de crâne avec un impact de balle et une mâchoire. Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les auteurs ont obtenu l’autorisation d’effectuer des examens scientifiques sur ces ossements. Le Kremlin prétend qu’ils appartiennent à Hitler. Qu’en est-il vraiment  ?
Cette enquête fascinante, digne d’un roman d’espionnage, met un point final aux ultimes questionnements sur la mort d’Hitler.

Grand reporter, Jean-Christophe Brisard est réalisateur de documentaires, principalement sur les dictatures. Il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages dont Enfants de dictateurs (First Histoire, 2014) avec Claude Quétel.

Lana Parshina est journaliste indépendante et réalisatrice de documentaires. Elle partage sa vie entre la Russie et les États-Unis.

 

Je remercie les éditions Fayard pour ce Service Presse effectué via le site NetGalley.

 

Mon avis

 

Hitler… derrière ce nom mondialement connu, quantités de livres et de documentaires ont traité de sa vie. Mais qu’en est-il de sa mort ? Etrangement, beaucoup de zones d’ombre demeurent quant à sa mort. C’est pour éclaircir ces fameuses zones d’ombre, que Jean-Christophe Brisard, aidé par Lana Parshina, mène une enquête minutieuse, notamment en Russie, ex-Urss, qui prétend détenir les restes du dictateur.

C’est cette fameuse enquête que nous suivons pas à pas et elle est loin d’être simple, la Russie n’hésitant pas à mettre des bâtons dans les roues. Ainsi, Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina vont aller d’espoirs en désillusions. J’ai été impressionnée par leur opiniâtreté, la manière dont ils ne lâchent rien malgré les murs qui se dressent devant eux au fur et à mesure à cause, principalement, de l’administration russe qui reste très fermée.

J’ai également trouvé intéressant la construction du livre. Outre l’enquête effectuée à notre époque par Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina, on suit également les tous derniers jours du IIIème Reich, lors du siège de Berlin par les Soviétiques. Cela nous donne des informations supplémentaires sur ce que l’on sait déjà, suite aux différents interrogatoires par les derniers résidents du bunker d’Hitler.

Ainsi, La mort d’Hitler est un livre documentaire qui se lit comme un livre policier où les différents indices mènent aux pistes suivantes. Que l’on soit néophytes ou amateurs d’histoire, ce livre est passionnant et riche d’informations sur le mystère de la mort de l’un des plus grands monstres du XXème siècle.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire