[Chronique #119] Carnet de Poilu : Soldat Édouard Blas

Auteur : Megane Delsinne

Editeur : Librinova

Date de sortie : 7 mars 2018

Nombre de pages : 203 pages

Prix :

  • Broché : 14,90 euros
  • Ebook : 3,99 euros

 

 

Résumé

 

« Édouard Blas, jeune Anzinois, effectue son service militaire à la caserne de Valenciennes lorsque la France déclare la guerre à l’Allemagne en 1914.  Partagé entre son envie de défendre son pays et celle de profiter de sa jeunesse en étant à l’abri des combats, le jeune homme nous raconte ses quatre longues années de guerre. » Carnet de Poilu est une histoire vraie, sous forme de journal intime, bien loin des habituels récits héroïques de guerre.

 

Je remercie les éditions Librinova pour ce Service Presse effectué via le site NetGalley.

 

Mon avis

 

Carnet de Poilu : Soldat Édouard Blas est une biographie écrite par Megane Delsinne.

A travers ce livre, c’est l’histoire de son ancêtre, Edouard Blas qu’elle nous raconte son histoire durant la période de la Première Guerre Mondiale. En effet, Edouard Blas fut un de ses nombreux poilus, jetés dans le feu de la guerre, dans la boue et le sang.

A partir de son carnet, on suit son quotidien durant ces quatre années de conflit. On y ressent toute sa souffrance durant les batailles. Edouard Blas n’est pas un héros, il reste un être humain qui a peur, notamment lors de son premier combat, effrayant. Mais on découvre aussi ses joies, lors des moments de paix en compagnie de ses camarades, ses espoirs pour que cette guerre se termine.

Le récit se construit jour après jour, tel un journal intime, ce qui fait que des passages sont plus courts et plus rapides que d’autres, alors que d’autres jours, selon les événements, sont plus longs et plus détaillés. D’ailleurs, j’ai été surprise par les innombrables voyages qu’il est obligé d’effectuer, que ce soit pour les permissions, les soins, rejoindre un bataillon. Un véritable parcours de France.

Le vocabulaire est simple et les phrases courtes, comme prises sur le vif de l’action. J’ai pu découvrir le langage des poilus, qui utilisaient leurs propres mots pour décrire leur quotidien. Ce fut enrichissant de découvrir ces expressions qui ne sont plus usitées à notre époque.

Au final, j’ai beaucoup aimé lire ces lignes qui composent ce livre. Même si on connaît bien la Première Guerre Mondiale, le fait de la découvrir du point de vue d’un de ces soldats ajoute davantage d’empathie face aux souffrances vécues par ces hommes. Une belle leçon d’histoire et de vie.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire