[Chronique #132] Cité 19 – Livre 1 – Ville Noire

Auteur : Stéphane Michaka

Editeur : PKJ

Date de sortie : 15 octobre 2015

Nombre de pages : 368 pages

Prix :

  • Broché : 16,90 euros
  • Poche : 7,90 euros
  • Ebook : 11,99 euros

 

 

Résumé

 

Que faisait le père de Faustine à minuit au sommet de la tour Saint-Jacques ? Et qui l’a précipité dans le vide ? Convoquée pour identifer le corps, Faustine ne reconnaît pas les mains de son père. Persuadée qu’il a été kidnappé par une secte mystérieuse, elle se lance sur la piste d’un inquiétant personnage. Elle suit l’homme dans une station de métro, trébuche, perd connaissance et se réveille… 150 ans plus tôt ! Pour Faustine, c’est le début d’une série d’aventures, aux confins du thriller, de la science-fiction et de l’Histoire.

 

Mon avis

 

Cité 19 est une série écrite par Stéphane Michaka et éditée par PKJ. Elle mélange plusieurs genres allant de la science-fiction, de l’historique et du thriller. Un sacré mélange !

Faustine est une jeune adolescente un peu rebelle de 17 ans, parisienne et vivant avec son père. Un jour, on lui apprend la mort de ce dernier. Elle se retrouve donc convoquée à la morgue pour le reconnaître. Pourtant, elle ne le reconnait pas. Encore plus troublant, alors qu’elle poursuit un homme dans le métro, Faustine perd connaissance… pour se réveiller dans un endroit inconnu qu’elle ne tarde pas à reconnaître. En effet, elle s’est retrouvée propulsée dans le Paris du XIXème siècle ! Comment s’est-elle retrouvée là ? Pourquoi ? Autant de questions que Faustine devra chercher pour tenter de comprendre le pourquoi du comment…

Autant le dire tout de suite, j’ai adoré ce premier tome ! J’ai aimé découvrir le Paris du XIXème siècle qui fut une période tellement riche entre les grands travaux effectués par le baron Haussmann, le développement de la classe ouvrière et l’émergence de cette nouvelle presse, celle des faits-divers. On découvre cette époque à travers les yeux de Faustine, que ce soit les quartiers pauvres et populaires ou les salons somptueux des riches. N’oublions pas que durant cette période, les rangs sociaux étaient encore très présents dans les mentalités et quasi infranchissables.

Pourtant, Faustine se balade entre les deux mondes sociaux sans difficultés. Elle a cette faculté d’adaptation impressionnante qui fait qu’où elle se trouve, elle se fond dans le moule. De plus, son caractère de battante fait qu’elle va sans cesse de l’avant et la pousse sans arrêt à mener son enquête, même si elle s’avérera bien plus dangereuse que prévue pour découvrir la vérité.

Malheureusement, même si Faustine est bien développée dans l’histoire, les autres personnages le sont nettement moins. Même si on se doute que certains auront une importance capitale dans la série, ici, ils donnent l’impression de traverser l’histoire un peu trop rapidement. Je pense notamment à ses deux amis de lycée, Vikram et Morgane qui disparaissent rapidement et de façon assez abrupte.

L’histoire est bien menée et ne manque pas de rebondissements pour nous tenir en haleine. Surtout dans la deuxième partie. Celle-là, je l’ai clairement pas vu venir et ce fut une très grosse (bonne) surprise, nous donnant une autre vision et une autre réflexion sur le but où veut nous mener l’auteur.

L’écriture est simple mais elle reste suffisamment fluide pour nous happer dès les premières pages. D’autant plus que j’ai aimé l’utilisation de l’argot propre à la période qui nous plonge davantage dans l’histoire.

Ce livre fut donc une belle découverte pour ma part. Découvrir un Paris en pleine transformation physique et sociale fut un véritable plaisir et les intrigues mises en place m’ont donné envie de lire la suite !

Rendez-vous sur Hellocoton !