[Chronique #131] Codex Millenarius – Tome 2 – L’abbaye des cent crimes

Auteur : Marcello Simoni

Editeur : Michel Lafon

Date de sortie : 5 avril 2018

Nombre de pages : 476 pages

Prix :

  • Broché : 19,95 euros
  • Ebook : 13,99 euros

 

 

Résumé

 

Ferrare, 1347. Le chevalier Maynard de Rocheblanche enquête sur le meurtre du moine Facio di Malaspina, détenteur d’informations sur le légendaire
Lapis exilii, une mystérieuse relique, source de toutes les convoitises et promesse de toute-puissance. Pour faire la lumière sur cet assassinat et empêcher que l’objet sacré tombe entre de mauvaises mains, Maynard se voit dans l’obligation de gagner la confiance du marquis Obizzo, seigneur de Ferrare et vicaire du pape, aussi puissant que cruel.

Déjà menacé par les intrigues et complots qui se trament autour de lui, Maynard doit affronter une épidémie de peste noire qui ravage l’Italie et le contraint à s’exposer un peu plus à ses ennemis pour mieux protéger le secret du
Lapis exilii et les intérêts de l’Europe.

 

Je remercie les éditions Michel Lafon, pour ce Service Presse effectué via le site NetGalley.

 

Mon avis

 

L’abbaye des cent crimes est un thriller historique, écrit par Marcello Simoni. Il est le deuxième tome de la saga Codex Millenarius. D’ailleurs, je voudrais faire remarquer que quand j’ai sollicité ce Service Presse sur le site NetGalley, à aucun endroit il n’est inscrit qu’il est le deuxième tome d’une saga, or, je n’avais pas lu le premier tome. Bien que ce tome soit écrit de façon à comprendre l’essentiel de l’histoire, j’ai eu l’impression par moments d’avoir raté des éléments, notamment sur le passé des personnages. C’est dommage de ne pas mettre en avant la saga. Bon, c’était la petite parenthèse, voyons le coeur de ce livre.

L’histoire nous raconte celle d’une quête effrénée pour retrouver des reliques sacrées dont notamment celle du Lapis Exilii. Ainsi, on suit le chevalier Maynard de Rocheblanche qui est à la recherche de cette fameuse relique et qui l’entraîne dans la ville italienne de Ferrare, au XIV ème siècle. Bien entendu, il n’est pas le seul à la rechercher, et il devra faire preuve de beaucoup de courage et d’ingéniosité pour faire face aux nombreux ennemis qui se dresseront sur sa route et protéger sa vie.

La trame principale se situe principalement à Ferrare. Ce qui nous permet de découvrir la splendeur de la ville dans ce XIVème siècle fastueux. Malgré tout, cela ne nous empêche pas de découvrir également les différences entre les différentes classes sociales, entre le faste des puissants et la pauvreté extrême des pauvres. Tout est bien décrit et on a l’impression de déambuler dans les couloirs du palais, dans la sobriété des abbayes, dans les ruelles puantes des bas quartiers.

A travers le chevalier Maynard de Rocheblanche, j’ai découvert un personnage qui représente bien ce que pouvait être un véritable chevalier français. Droit et honnête, Maynard vit avec l’honneur, caractéristique de sa classe, chevillé au corps. Il n’hésite pas à se battre pour sa justice, même si cela doit faire couler le sang. En parallèle, on suit aussi l’histoire de sa soeur, Eudeline, religieuse de son état. Cette dernière vit dans un couvent en France et se retrouve mêlée au complot organisé par ceux qui pourchassent son frère. Eudeline fut un mystère intéressant pour moi. Bien qu’elle ait fait ses voeux religieux, on sent à travers cette femme tout un combat intérieur entre son devoir et ses passions d’humaine.

Les autres personnages ont tous un rôle important à leur manière et à travers eux, on découvre toute la beauté du genre humain ainsi que ses nombreux travers. Nul n’est tout à fait blanc ou noir et chacun renferme en eux une part d’ombre et de lumière qui les rendent vivants et plus que vrais.

L’ambiance générale du livre est très très sombre. Très vite, la maladie et la peste vont faire leurs ravages, et on entre dans une dimension apocalyptique.

Bien que je n’aie pas lu le tome précédent, je pense que je le ferais quand même car même si j’ai compris l’essentiel de tout le livre, des détails m’ont échappé et m’ont frustrée tout au long de ma lecture. Malgré tout, le livre fut une belle découverte pour ma part et j’ai pu découvrir un auteur extrêmement talentueux. A lire pour ceux qui aiment les quêtes d’aventures et pour en découvrir davantage sur l’univers du XIVème siècle.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire