[Chronique #135] La Belle Main

Auteur : Gilbert Bordes

Editeur : Presses de la Cité

Date de sortie : 5 avril 2018

Nombre de pages : 272 pages

Prix :

  • Broché : 19,50 euros
  • Ebook : 13,99 euros

 

 

Résumé

 

Dans les années 1960, en Sologne, Solène, étudiante en droit, a-t-elle trouvé en Paul, luthier de vingt ans son aîné, l’homme de sa vie ou… ce père qu’elle n’a jamais connu ? Une fragile rencontre entre deux êtres, hantée par le spectre de l’interdit, les silences d’une mère et les ombres de l’Occupation.

Pourquoi Josette s’oppose-t-elle aussi violemment à sa fille, Solène, qui a décidé d’aller au château de Mauret en Sologne pour garder les enfants du docteur Breugère? Depuis longtemps, Solène a compris que sa mère, qui vit en recluse à Paris, lui cache un énorme secret. C’est au hasard d’un vieux journal trouvé dans le grenier du château que l’étudiante en droit découvre une partie de la terrible vérité, liée à la résistance en Corrèze…

A la faveur d’une réception, Solène rencontre Paul, de vingt ans son aîné. Leurs regards se croisent, s’accrochent avec la force de ces instants qui changent un destin. Paul est luthier, passionné par son métier, mais aussi meurtri. Il a vécu la guerre et la résistance avec le docteur Breugère. Alcoolique, il a perdu la belle main de luthier. L’amour de Solène pourra-t-il le sauver ?

En cet été 1965, Solène réveille les ombres d’un passé trouble, au risque de se perdre elle-même.

 

Je remercie les éditions de Presses de la Cité pour ce Service Presse effectué via le site NetGalley.

 

Mon avis

 

La Belle Main est une fiction historique écrite par Gilbert Bordes et éditée par les éditions Presses de la Cité.

En 1965, Solène, qui vit seule avec sa mère à Paris, est ravie. En effet, elle vient de trouver un petit travail pour l’été, garder les enfants de la famille du docteur Breugère au château de Mauret dans la campagne. Pourtant, à sa grande surprise, sa mère Josette est totalement contre cette décision. Mais Solène, têtue, décide d’y aller quand même sans savoir qu’elle vient de réveiller de douloureux secrets enfouis que sa mère a tout fait pour les lui cacher afin de la protéger. Des secrets liés à la guerre… Sur place, Solène fait la connaissance de toute la famille et d’un homme… Paul, luthier de son état qui réveille en elle des sentiments profonds…

L’histoire nous narre l’enquête que mène Solène pour découvrir la vérité, savoir ce que lui cache sa mère. J’ai aimé la suivre dans sa quête où on évoque la vie durant la Seconde Guerre Mondiale, période qui m’a toujours intéressée, et principalement de la Résistance. Je ne spoilerai pas, mais tout y est bien raconté, écrit avec finesse et dont les rebondissements ne manquent pas. Régulièrement, on suit des fausses pistes à la manière d’une enquête policière et j’avoue que je ne m’attendais pas à ces révélations et me suis trompée sur ce que je pensais.

Le personnage de Solène m’a beaucoup attendrie. Certes elle est jeune et un brin naïve, mais cela ne l’empêche pas d’avoir beaucoup de caractère et d’aller au bout de son idée fixe. Même si elle est très fidèle à sa mère, elle est souvent en contradiction avec cette dernière, s’émancipant du coup et prenant petit à petit plus de liberté dans ses choix de vie. Surtout quand elle rencontre Paul. Ce dernier est un homme, quadragénaire, brisé, hanté par son passé. Luthier de métier, il s’est perdu sur le chemin de la vie, l’alcoolisme faisant des ravages sur lui. Pourtant, au contact de la jeune fille, il s’améliore et on découvre finalement en lui, un homme passionné par son travail. J’ai aimé découvrir les facettes du métier de luthier, que je ne connaissais pas, et on sent le travail important de l’auteur sur ce métier. Deux personnages différents, deux personnages que rien ne destinait à se rencontrer, mais qui ensemble vont se battre, chacun de leur côté, contre les démons du passé. Un duo véritablement attachant.

Le roman traite de plusieurs sujets forts tels que la place de la Résistance dans l’Histoire avec ses héros et ses dérives, l’alcoolisme pour tenter d’oublier et le début d’une émancipation féminine.

La romance est importante et des passages de cette romance m’ont un peu ennuyée car je les ai trouvés un peu longs, coupant le rythme du livre. Et surtout, j’ai trouvé que le résumé du livre spoile un peu la fin.

Un livre qui sent bon le terroir, bien écrit et qui nous plonge dans un des épisodes les plus sombres de notre pays. Un auteur que je ne connaissais pas, mais qui m’a donné envie d’en lire davantage. Si vous aimez les secrets de famille, la Seconde Guerre Mondiale et découvrir des régions reculées de notre pays, je ne peux que vous conseiller ce livre.

Rendez-vous sur Hellocoton !

One comment

Laisser un commentaire