[Chronique #153] Un gentleman à Moscou

Auteur : Amor Towles

Editeur : Fayard

Date de sortie : 22 août 2018

Nombre de pages : 576 pages

Prix :

  • Broché : 24 euros
  • Ebook : 16,99 euros

 

 

Résumé

 

Au début des années 1920, le comte Alexandre Illitch Rostov, aristocrate impénitent, est condamné par un tribunal bolchévique à vivre en résidence surveillée dans le luxueux hôtel Metropol de Moscou, où le comte a ses habitudes, à quelques encablures du Kremlin. Acceptant joyeusement son sort, le comte Rostov hante les couloirs, salons feutrés, restaurants et salles de réception de l’hôtel, et noue des liens avec le personnel de sa prison dorée   – officiant bientôt comme serveur au prestigieux restaurant Boyarski –, des diplomates étrangers de passage – dont le comte sait obtenir les confidences à force de charme, d’esprit, et de vodka –, une belle actrice inaccessible – ou presque ­–, et côtoie les nouveaux maîtres de la Russie. Mais, plus que toute autre, c’est sa rencontre avec Nina, une fillette de neuf ans, qui bouleverse le cours de sa vie bien réglée au Metropol.

 

Je remercie les éditions Fayard pour ce Service Presse effectué via le site NetGalley.

 

Mon avis

 

Un gentleman à Moscou est un roman historique écrit par Amor Towles et publié par les éditions Fayard.

Pour avoir déplu au tout nouveau gouvernement bolchévique, le comte Alexandre Illitch Rostov s’est vu assigné à résidence dans le somptueux hôtel Metropol de Moscou et cela pour une durée indéterminée. Même en ayant perdu ses privilèges, le comte décide bon gré mal gré d’accepter sa situation…

Et c’est ainsi que l’auteur va nous faire vivre la vie du comte Rostov au sein du Metropol, et cela sur une durée d’une trentaine d’années. Trente ans cela reste long dans la vie d’un homme, et les rencontres sont ainsi nombreuses. Outre le personnel de l’hôtel que le comte est amené à côtoyer quotidiennement, les clients du Metropol ont aussi une place importante dans la vie du comte. Régulièrement, ils entrent et sortent au rythme des années, amenant un peu de la vie de l’extérieur dont Alexandre Rostov est privé. C’est ainsi que nous sommes en présence d’une belle brochette de personnages, tous différents mais qui ont chacun leur importance.

La trame de l’histoire se situe essentiellement au sein de l’hôtel, mais de temps à autre, l’auteur nous offre quelques courts chapitres sur des personnages secondaires au-dehors de l’hôtel, ce qui nous donne un aperçu, certes rapide, mais intéressant de la vie de la Russie à cette époque. On traverse plusieurs époques et périodes importantes de l’Histoire de la Russie du XXème siècle, et qui sont régulièrement citées dans le livre, nous donnant une vision plus globale du pays et non pas qu’une vision étriquée du Metropol.

Même si j’ai bien aimé l’histoire, ses personnages et l’ambiance régnant au sein de l’hôtel, j’ai eu beaucoup plus de mal avec le rythme du livre. En effet, ce dernier est très lent, du coup j’ai eu beaucoup de mal à accrocher au début. Et j’avoue que plus d’une fois, j’ai eu envie de lâcher le livre, mais la moitié du livre s’avère plus passionnante et au final, j’ai fini par apprécier et à apprécier ce livre.

Un gentleman à Moscou a été une lecture déstabilisante. Autant la première partie m’a franchement ennuyée à cause de ses longueurs et du manque d’action, autant la seconde partie fut nettement plus intéressante et palpitante. Malgré tout, l’ambiance et les personnages tous différents m’ont captivés. Un livre qui ne plaira pas forcément à tout le monde, mais si vous aimez les histoires originales et que vous accrochez au rythme lent, vous passerez un agréable moment de lecture.

Rendez-vous sur Hellocoton !