[Chronique #165] Mauvais genre

Auteur : Isabelle Villain

Editeur : Taurnada

Date de sortie : 15 novembre 2018

Nombre de pages : 252 pages

Prix :

  • Broché : 9,99 euros
  • Ebook : 5,99 euros

 

 

Résumé

Hugo Nicollini est un garçon différent des autres gamins de son âge. Un père brutal. Une maman protectrice. Un soir, il est témoin d’une dispute entre ses parents. Une de plus. Une de trop. Cette fois-ci, sa mère succombera sous la violence des coups.
Vingt-trois ans plus tard, l’équipe du commandant Rebecca de Lost enquête sur la mort d’une jeune femme, sauvagement poignardée dans son appartement. Pas d’effraction. Pas de vol. Pas de traces de défense. L’entourage de la victime est passé au crible, et l’histoire du petit Hugo va refaire surface bien malgré lui.

 

Je remercie Joël des éditions Taurnada pour ce Service Presse.

 

Mon avis

 

Mauvais genre est un thriller écrit par Isabelle Villain et publié par les éditions Taurnada.

Le 36, quai des Orfèvres est sur les dents ! En effet, un meurtre a été commis à Paris et c’est le commandant Rebecca de Lost qui se retrouve chargé de l’enquête avec son équipe. Ce qui aurait pu se révéler être un simple meurtre “banal” se révèlera beaucoup plus complexe, d’autant plus que Rebecca de Lost semble être la cible d’un mystérieux individu…

Je ne connaissais pas Isabelle Villain, donc je ne savais pas vraiment à quoi m’attendre quant à l’histoire ou au style de l’écriture. Eh bien j’avoue que j’ai été agréablement surprise !

Si de premier abord l’histoire et l’enquête s’avèrent tout ce qu’il y a de plus simple, l’auteur arrive tout de même à captiver le lecteur en traitant de sujet fort tel que la violence familiale ou la recherche d’identité sexuelle. En parallèle à l’enquête principale, une autre histoire se profile en filigrane, faisant suite directement aux tomes précédents. Du coup, il me semble important de les avoir lus pour bien tout saisir, ce qui n’a pas été mon cas. Après, je n’ai pas eu de mal à saisir l’essentiel, mais forcément il m’a manqué des morceaux de l’intrigue. Néanmoins, l’histoire est rondement menée même si j’ai ressenti un arrière-goût d’inachevée pour les différentes intrigues.

Rebecca est une flic qui est loin d’être une débutante. Proche de la cinquantaine, on sent qu’elle a de l’expérience dans son métier et qu’elle connaît les ficelles de son métier. De plus, elle est loin de se laisser faire, surtout que ce n’est pas toujours simple d’être chef dans un milieu principalement masculin et un peu macho. Cela ne l’empêche pas de mener son équipe d’une main de fer et de se faire obéir au doigt et à l’oeil. Côté sentimental, c’est un peu plus compliqué, étant dans une relation sentimentale avec un collègue, marié en plus. De ce côté-là, elle est loin d’être sûre d’elle et hésite quant aux choix à faire.

J’ai ressenti beaucoup d’empathie pour la victime. Je n’en dirais pas grand-chose pour ne pas spoiler, mais son histoire m’a profondément touchée et prouve qu’il est parfois difficile d’assumer pleinement ses choix de vie.

Le récit est surtout centré sur le point de vue de Rebecca. Toutefois, de temps en temps, on se retrouve avec un autre point de vue inconnu ce qui apporte beaucoup de questionnement et fait monter une certaine tension.

Mauvais genre est un thriller où la violence est omniprésente. L’auteur a su avec brio me faire ressentir toute la tension et l’horreur qui y règne. Les intrigues sont intéressantes mais reste pour ma part inachevé, notamment celle qui est la principale dans ce roman. A voir s’il y aura une suite avec une conclusion. Enfin, l’intrigue “fil rouge” est mystérieuse et pose encore suffisamment de questions pour nous donner envie d’en savoir davantage.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire