[Chronique #167] Au service de Sa Majesté la Mort – Tome 1 – L’ordre des revenants

Auteur : Julien Hervieux

Editeur : Castelmore

Date de sortie : 17 octobre 2018

Nombre de pages : 310 pages

Prix :

  • Broché : 14,90 euros
  • Ebook : 9,99 euros

 

 

Résumé

« Savez-vous pourquoi personne n’échappe à la Mort ? Parce que ses services sont les meilleurs. »

Londres, 1887. Prise dans le carcan de la société victorienne, Elizabeth, jeune journaliste indépendante, n’a d’autre choix pour exercer son métier que de passer un accord avec un journaliste qui lui sert de nom de plume. Un accord funeste : quand ce dernier est assassiné sous ses yeux, Elizabeth, devenue gênante, est sommairement abattue…

… pour se réveiller dans sa propre tombe.

Commence alors pour elle une toute nouvelle « existence ». Sous la surveillance d’un étrange chaperon, Elizabeth rejoint, à son corps défendant, les rangs des Revenants, des morts-vivants chargés de traquer ceux qui tentent de repousser la venue de leur dernière heure.

Elle œuvre désormais pour le compte de Sa Majesté la Mort elle-même, une activité bien loin du repos éternel…

 

Je remercie les éditions Castelmore pour ce Service Presse effectué via le site NetGalley.

 

Mon avis

 

Au service de Sa Majesté la Mort est une série fantastique écrite par Julien Hervieux et publiée par les éditions Castelmore.

Après avoir lu son résumé, j’ai eu une envie très grande de lire ce premier tome. En effet, l’histoire se passant à Londres à la fin du XIXème siècle, donc à l’ère victorienne, je trouvais l’idée originale d’y introduire du fantastique. Et ma foi, le mélange fonctionne relativement bien.

Comme je le disais, l’histoire se déroule à Londres. L’auteur nous fait découvrir la ville et ses multiples facettes, que ce soit les beaux salons de l’aristocratie ou les bas-fonds des plus démunis. On y ressent vraiment les différences que ce soit dans le décor ou l’atmosphère. Entrer dans l’ambiance garantie !

Etant un premier tome, Julien Hervieux a pris le soin de bien intégrer son personnage principal, Elizabeth, dans ce monde caché aux gens “normaux” et qu’elle ne soupçonnait pas. Ce qui m’a donné une impression de rythme lent. D’autant plus, qu’une partie du livre se concentre sur des “petites histoires” qui durent le temps d’un chapitre. Alors ok, cela nous permet de mieux comprendre comment Elizabeth appréhende son nouvel “état”, mais du coup le récit s’en trouve haché. Pourtant l’intrigue principale n’est pas mauvaise, au contraire, mais elle met du temps à intervenir et s’en retrouve trop vite expédiée à mon goût.

Elizabeth est une héroïne résolument moderne, dans une époque où la place des femmes était secondaire. Elle est indépendante, elle exerce un métier masculin, même si elle est obligée de se cacher. Au début, elle est plus que réticente quant à sa nouvelle condition. On la sent vraiment perdue et très seule. Mais son fort caractère fait qu’elle ne se laisse pas si facilement envahir par le désespoir surtout qu’elle sait qu’elle n’a plus le choix et fait ce qu’on lui demande de faire, bien que ses questionnements sont nombreux.

Son entourage n’est pas en reste bien qu’ils restent encore très mystérieux, car on en sait au final assez peu sur eux. Que ce soient Turner, Beatrix, Hans et surtout Iseult, tous restent très discrets sur leur passé et sur leur mort. Cela n’empêche pas qu’on ressente une empathie pour eux.

Un premier tome dont j’en attendais beaucoup à cause de son résumé et de sa couverture attractive. Et je ne fus pas déçue. Bien que l’histoire peut paraître un peu lente à se mettre en place, on commence à entrevoir les enjeux importants et le rôle essentiel des Revenants. Les personnages sont peu nombreux et on s’y attachent facilement, surtout Elizabeth. J’attends la suite avec impatience !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire