[Chronique #173] L’Egarée

Auteur : Donato Carrisi

Editeur : Calmann-Levy

Date de sortie : 3 octobre 2018

Nombre de pages : 285 pages

Prix :

  • Broché : 20,90 Euros
  • Ebook : 14,99 Euros

Résumé

Un  labyrinthe  secret plongé dans l’obscurité.
Un bourreau qui y enferme ses  proies.
Une  victime  qui parvient à s’en échapper, mais sans le moindre  souvenir.

Un effroyable  combat  pour retrouver la mémoire, et une  enquête  à hauts risques pour traquer celui qui continue à agir dans  l’ombre…

Je remercie les éditions Calmann-Levy pour ce Service Presse effectuée via le site NetGalley.

Mon avis

L’égarée est un thriller écrit par Donato Carrisi et publié en France par les éditions Calmann-Levy.

J’avais découvert cet auteur à travers son dernier roman, Tenebra Roma, un très bon thriller dont vous trouverez la chronique ici. L’égarée est le troisième tome de la série Mila Vasquez, mais il se lit facilement seul.

Samantha Andretti, une jeune adolescente rêveuse, disparaît un jour sans laisser de trace. 15 ans plus tard, une jeune femme est retrouvée et il s’avère qu’elle n’est autre que Samantha Andretti. Que lui est-il arrivé ? Bruno Genko est un détective privé, lié au passé de Samantha. En effet, au moment de sa disparition, les parents de Samantha avaient fait appel aux services de ce dernier pour la retrouver, mais ce fut un échec. Aujourd’hui, Bruno Genko va mener sa propre enquête pour découvrir le secret sur la disparition et la détention de Samantha…

Surprenant, ce thriller l’est indéniablement. Pourtant, si l’histoire peut paraître classique de premier abord, l’auteur arrive avec brio à brouiller les pistes et à nous mettre la tête à l’envers ! Au fil des révélations des tenants de l’histoire, je suis allée de surprises en surprises jusqu’au final qui m’a littéralement scotché ! Pour sûr, je ne l’avais pas du tout vu venir.

Les deux personnages principaux sont vraiment intéressants. Tous les deux sont des écorchés de la vie à leur manière. Bruno Genko n’a rien du “super détective”. Il travaille à sa manière, quitte à franchir la fragile ligne entre légalité et illégalité. Il est prêt à tout pour découvrir la vérité et son obstination est principalement liée au passé. Quant à Samantha, on sent en elle une immense souffrance et une immense fragilité psychologique. Au fil de son témoignage, je me suis sentie perdue. Il est difficile de faire la part des choses entre réalité et fiction. L’auteur joue avec nous et le fait bien.

Comme pour Tenebra Roma, l’auteur utilise un style brut et sans aucune fioriture. Tout est décrit avec une certaine violence, ce qui donne une atmosphère vraiment oppressante, voire angoissante.

L’égarée nous propose donc une histoire bien ficelée et terriblement addictive. La fin laisse pantois et présage d’une suite. Encore une fois, une réussite de Donato Carrisi et qui fera le bonheur pour tout amateur du genre.

Rendez-vous sur Hellocoton !