[Chronique #134] Mon amie, Sophie Scholl

Auteur : Paule du Bouchet

Editeur : Gallimard Jeunesse

Date de sortie : 31 août 2017

Nombre de pages : 144 pages

Prix :

  • Broché : 8,90 euros
  • Poche : 4,90 euros
  • Ebook : 4,49 euros

 

 

Résumé

 

Munich, février 1943. Sophie Scholl est arrêtée par la Gestapo; avec deux autres résistants. Dans l’attente du verdict, son amie Elisa écrit pour conjurer l’angoisse. Elle raconte ses parents prohitlériens, la Nuit de cristal, Léo le jeune Juif dont elle est amoureuse…

Entre fiction et réalité historique, un journal intime poignant pour découvrir une figure héroïque de la resistance à Hitler.

 

Mon avis

 

Sophie Scholl… pour tous ceux et celles qui s’intéresse un tant soit peu à la Seconde Guerre Mondiale et plus précisément à la Résistance allemande, ce nom ne nous est pas inconnu. Sophie Scholl, jeune Allemande qui fit partie d’un réseau nommé la Rose Blanche avec son frère Hans, et qu’ils créèrent des tracts dénonçant l’atrocité du régime nazi. Pour conter, ce personnage emblématique, l’auteur, Paule du Bouchet à imaginer Elisa, jeune Allemande elle-aussi et amie de Sophie Scholl. A travers un journal fictif, Elisa couche sur papier son histoire avec Sophie Scholl, le combat de cette dernière, son arrestation et ses propres peurs.

Ainsi, on se retrouve avec un récit mêlant habilement réalité et fiction. Réalité avec la vie de Sophie Scholl. Mais ce n’est pas une biographie complète, loin de là. L’auteur nous propose plutôt des bouts, des morceaux de la vie de Sophie Scholl, de ses désillusions sur le Parti nazi, de son horreur quand elle comprend ce qu’il représente et de son courage dans le combat qu’elle a décidé de mener jusqu’au bout, jusqu’à la mort. A l’opposé, Elisa est un personnage totalement fictif mais qui est la représentation d’une partie de la population allemande. Coincée entre ses parents pro-nazis et ses amis résistants qu’elle admire, Elisa voudrait prendre part au combat aussi. Mais elle a peur, peur des conséquences, du coup, pendant une bonne partie de l’histoire, elle reste relativement passive, se contentant de nous conter sa vie et ses peurs, peurs pour ses amis, peur pour Léo, son amour juif. Malgré tout, l’espoir se ressent dans ses écrits. Espoir de la fin de la guerre, espoir de retrouver ses amis, espoir de retrouver Léo.

L’histoire est écrite de façon très simple, permettant aux plus jeunes de bien la suivre, mais pour les lecteurs plus assidus, on regrettera le manque de détails et l’impression qu’en fait tout est survolé et va trop vite. Le but ici n’est pas de raconter l’Histoire en détail, même si on y retrouve des événements ayant réellement existé comme la Nuit de Cristal, mais uniquement de nous donner un aperçu, une photographie du réseau de la Rose Blanche, de la vie des Allemands qu’ils soient dans la passivité ou dans l’action et de la vie de Sophie Scholl.

Un livre que je ne peux que conseiller pour ceux qui veulent découvrir ce mouvement de résistance étudiant. mais si comme moi, vous connaissez déjà l’histoire de ce réseau, vous resterez probablement sur votre faim. D’ailleurs, pour aller plus loin, je vous conseille vivement le film Sophie Scholl : Les Derniers Jours de Marc Rothemund qui raconte bien cette partie de l’histoire et avec une Sophie Scholl absolument convaincante.

Rendez-vous sur Hellocoton !