[Chronique #115] Calices

Auteur : Victoriane Vadi

Editeur : MxM BookMark

Date de sortie : 21 février 2018

Nombre de pages : 169 pages

Prix :

  • Broché : 15 euros
  • Ebook : 5,99 euros

 

 

Résumé

L’hiver éternel a succédé à l’âge lumineux des hommes.

Dans leurs forteresses en ruines, les humains mourant de froid ont dû remettre leurs vies entre les mains de leurs antiques ennemis, les vampires, faisant d’eux les gardiens et les protecteurs de l’humanité vacillante.

Alcuin, né à l’âge d’or de cette alliance, a grandi dans la servitude et s’apprête à devenir le calice du Seigneur de Sang-Verse, auquel il est offert en gage de paix, à la manière d’un présent politique.

Mais la cour de son nouveau maître est le lieu de complots effrayants et d’amours singulières, et parmi les ombres glacées de la Citadelle, s’avance le spectre d’une vieille guerre.

 

Je remercie les éditions MxM Bookmark pour ce Service Presse effectué via le site NetGalley.

 

Mon avis

 

Calices est un roman homoromance fantastique écrit par Victoriane Vadi. J’ai été d’abord attiré par la couverture que je trouve très belle avec ses tons de bleus et aussi, et surtout, par l’éditeur dont j’avais déjà lu et apprécié d’autres romans. Et encore une fois, je n’ai pas été vraiment déçue par ma lecture.

L’histoire se passe dans un monde imaginaire largement dominé par les vampires qui ont pris le pouvoir sur les humains. On y suit Alcuin, un humain donné par son seigneur à un autre seigneur dans le cadre d’accords politique et commercial. Alcuin se retrouve bien malgré lui à devenir le calice, une sorte de poche de sang ambulante au mystérieux seigneur Alastair qui le magnétise et l’attire. Toutefois, la vie est loin d’être un long fleuve tranquille quand des morts mystérieux font leur apparition au sein du château…

Alcuin est un personnage intéressant, dont l’auteur a bien su faire évoluer tout au long de l’aventure. Au début plutôt passif, il est très retrait avec un caractère faible dû à sa position sociale inexistante. Pourtant, de temps en temps, il arrive à se rebiffer et dévoile un caractère bien plus trempé qu’il ne laissait apparaître au premier abord. Il sait dire ce qu’il pense quand les choses lui déplaisent et arrive même à tenir tête à son seigneur.

Ce dernier, Alastair, est un vampire plus classique à première vue. Froid, mystérieux, on le croirait presque inaccessible. Pourtant, derrière cette façade de grand seigneur, se cache un être au coeur sensible, à l’écoute de ceux qu’il aime et qui n’hésite pas à briser les conditions sociales pour se mettre au même niveau qu’un être dit “inférieur”. D’ailleurs, j’ai trouvé sa relation avec Alcuin rempli de tendresse avec par moments une inversion des “rôles”.

Même si nous sommes en présence d’une enquête pour la résolution des morts mystérieuses et de l’enjeu politique qui en découle, toutefois, elle est mise en retrait par rapport à l’histoire d’amour et le roman regorge de scènes de sexe entre nos héros. En fait, tout est prétexte pour nous amener une scène sexuelle qui pourrait en choquer plus d’un/d’une. A déconseiller donc pour ceux ou celles dont les histoires homosexuelles dérangent car ils ne sont clairement pas le public visé.

Pour conclure, j’ai bien aimé Calices, que j’ai lu d’une traite en une soirée, et surtout l’histoire entre les différents protagonistes qui démontrent que quelle que soit la “race”, les conditions sociales différentes, l’amour avec un grand A est toujours possible. Certes, il y a beaucoup de scènes de sexe qui sont bien souvent très crues et ne plaira pas forcément à tous mais pour les amateurs du genre, vous pouvez vous jeter dessus pour découvrir un univers et une ambiance sombre.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !