[Chronique #162] Soleri – Tome 1 – L’Empire des Soleri

Auteur : Michael Johnston

Editeur : Bragelonne

Date de sortie : 17 octobre 2018

Nombre de pages : 480 pages

Prix :

  • Broché : 25 euros
  • Ebook : 12,99 euros

 

 

Résumé

Depuis des temps immémoriaux, la lignée des Soleri exerce une domination cruelle et impitoyable sur son empire : des dieux vivants dont personne n’a vu le visage depuis des siècles, et dont le contrôle sur les quatre royaumes inférieurs demeure à ce jour sans partage.

Pourtant, à la date symbolique de l’éclipse annuelle, le roi d’Harkana se rebelle contre l’autorité en organisant en secret une chasse à l’homme. Celle de son fils et héritier, Ren, prisonnier depuis dix ans des entrailles de la capitale, comme le sont par tradition les fils de nobles des quatre royaumes. Pendant ce temps, l’intrépide sœur de Ren, Merit, mène son propre combat en défiant la loi impériale et en épousant l’homme qu’elle a choisi.

Mais toute rébellion a un prix… et dans un monde de magie ancestrale, de rites sanguinaires et de secrets destructeurs, ceux qui osent tenir tête aux Soleri devront en affronter les conséquences.

 

Je remercie les éditions Bragelonne pour ce Service Presse effectué via le site NetGalley.

 

Mon avis

 

L’Empire des Soleri est une série de fantasy écrite par Michael Johnston et publiée en France par Bragelonne.

Ce qui me tentait le plus, c’était le cadre dans lequel semblait évoluer l’histoire. En effet, dans le résumé et sur la couverture du livre, on y sent une inspiration égyptienne. Or, aimant la mythologie notamment égyptienne, cela m’a suffi pour en faire une demande de service presse. Alors, qu’en est-il réellement ? La lecture de ce premier tome a-t-il été à la hauteur de mes espérances ?

Dès le début, dès les premières pages, on est plongé de plein fouet dans un univers cruel dont l’inspiration égyptienne ne fait aucun doute. Que ce soit les paysages qui rappellent fortement les déserts, le style de vie des habitants ou le panthéon des divinités avec un culte du disque solaire extrêmement présent. Un cadre qui m’a d’emblée enchanté et qui change par rapport à ce que l’on a l’habitude de voir dans d’autres cycles de fantasy où les plaines et les forêts y sont omniprésentes. Cela apporte de l’exotisme et une bouffée de nouveauté.

L’histoire qui se met en place au fil des pages est intéressante et riche en rebondissements. On y suit principalement l’histoire d’une famille régnant dans un des royaumes inférieurs, le royaume d’Harkana. Ce qui donne prétexte à des intrigues familiales complexes à base de trahisons, mensonges. Le genre d’intrigues que j’aime beaucoup. Le rythme peut paraître assez lent par moments pour bien nous expliquer le contexte de lieu et de politique, mais cela est nécessaire dans un premier tome pour qu’on ne soit pas perdus. Bien sûr, l’action ne manque pas pour pourtant. Enfin, l’histoire est suffisamment riche en rebondissements et en retournements de situations pour nous tenir en haleine et nous donner l’envie de continuer la lecture.

Les personnages sont assez nombreux mais ils sont tous intéressants à suivre. Aucun n’est mis de côté. Ils ont tous leurs histoires et leurs motivations qui sont clairs dès le début.

Ren est un jeune garçon qui a vécu toute son enfance en tant que prisonnier, servant d’otage. Il ne connaît pas grand-chose du monde extérieur et découvre que les tuteurs qui le gardaient prisonnier ne sont pas les seuls êtres cruels dans son monde et qu’il lui faut se méfier de tout le monde. Il n’en reste pas moins courageux et un peu tête brûlée.

Merit, une de ses soeurs est l’archétype de la femme ambitieuse et avide de pouvoir. Elle a une forte personnalité et sait ce qu’elle veut et n’hésite pas à user de tous les moyens pour arriver à ses fins. Une vraie femme perfide.

Quant à sa soeur, Kepina, elle est tout son contraire. Autant Merit est cérébral et manipulera tout son entourage, autant Kepina est plus physique et mise sur sa dextérité au combat pour avancer dans sa voie. Kepina est le personnage que j’ai le plus apprécié. Même si de premier abord elle peut paraître violente et pas très futée car préférant faire parler ses lames, mais c’est cette violence qui lui sert de bouclier pour se protéger de l’extérieur.

Par contre les amateurs de fantasy pourront être déçus car on ne retrouve pas les “codes” habituels au genre dans ce roman. En effet, pas de créatures fantastiques, pas de magies étincelantes, pas de combats de grande envergure.

Un premier tome qui m’a plus qu’enchantée. J’ai particulièrement apprécié son univers et son ambiance d’inspiration égyptienne. Les intrigues sont légion et finissent malgré tout à se rejoindre. Pour tout amateur de fantasy qui recherche quelque chose de nouveau dans ce genre, n’hésitez pas à le lire. Un cycle que je suivrai sans hésitation.

Rendez-vous sur Hellocoton !