[Chronique #159] L’Epouvanteur – Tome 1 – L’apprenti-épouvanteur

Auteur : Joseph Delaney

Editeur : Bayard Jeunesse

Date de sortie : 10 mars 2005

Nombre de pages : 275 pages

Prix :

  • Broché : 14,90 euros
  • Poche : 7,90 euros
  • Ebook : 3,99 euros

 

 

Résumé

 

 » L’Epouvanteur a eu de nombreux apprentis, me dit maman. Mais peu ont achevé leur formation. Et ceux qui y sont parvenus sont loin d’être à la hauteur. Ils sont fragiles, veules ou lâches. Ils se font payer fort cher de bien maigres services. Il ne reste que toi, mon fils. Tu es notre dernière chance, notre dernier espoir. Il faut que quelqu’un le fasse. Il faut que quelqu’un se dresse contre les forces obscures. Tu es le seul qui en soit capable.  » Thomas Ward, le septième fils d’un septième fils, devient l’apprenti de l’Epouvanteur du comté. Son maître est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire… Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l’horreur commence…  »

 

Mon avis

 

L’épouvanteur est une série de fantasy écrite par Joseph Delaney et publiée par Bayard Jeunesse.

Je connaissais cette série de noms suite à la sortie du film “Le septième fils”, il y a de cela déjà plusieurs années. Disons-le franchement, le film ressemblait plus à un navet qu’à un chef-d’oeuvre et du coup la lecture de la saga ne me tentait pas du tout. Mais voilà, j’ai réussi les deux premiers tomes dans une box récemment et cela m’a donné une bonne excuse pour découvrir l’univers inventé par Joseph Delaney. A noter que la version que je possède regroupent les deux premiers tomes plus une nouvelle, mais je me suis contentée de lire que le premier tome pour l’instant.

Thomas Ward est un jeune adolescent, fils de fermier, qui a la particularité d’être le septième fils d’un septième fils. C’est pour cette raison qu’il a la prédisposition pour devenir un “Epouvanteur”. Cela tombe bien, poussé par ses parents, le voilà devenu apprenti de l’Epouvanteur du coin, John Gregory. Et c’est ainsi que Thomas va découvrir un univers dangereux où la peur y est omniprésente…

Ce premier tome sert principalement d’introduction à la saga. L’auteur nous amène doucement dans son univers faite de créatures pas toujours très sympathiques, notamment les sorcières dont on découvre quelques caractéristiques. J’ai hâte de découvrir les autres “monstres” dans les tomes suivants pour m’imprégner davantage de l’ambiance du roman.

En parlant d’ambiance, j’ai été surprise. En effet, cette saga étant plutôt destinée à la jeunesse, elle demeure particulièrement sombre et glauque. Tout est fait pour nous faire ressentir le malaise et la peur du personnage principal. Que ce soit les décors, les paysages et même le temps tout est fait pour nous la faire ressentir. On est bien loin d’un monde où tout est beau et coloré.

On commence à entrapercevoir les caractères des différents personnages. Thomas Ward, notre héros, m’avait laissé dubitative au premier regard. Je le trouvais un peu niais et pas très dégourdi. Mais au fil des pages, on découvre un jeune adolescent (il n’a que treize ans) ne manquant pas de courage et qui prend petit à petit de l’assurance. Au début, on ressent sa peur vis-à-vis du rôle qui l’attend, puis il prend conscience de son rôle. Cela se voit à son avidité de connaissance. Malgré tout, il reste tout de même d’une naïveté et bien souvent j’ai eu envie de le secouer devant des situations tellement grosses.

En ce qui concerne John Gregory et surtout sa mère à Thomas, ils restent bien mystérieux. John Gregory a le rôle du mentor et il le fait bien. Toujours présent pour prodiguer des conseils à son jeune apprenti, il prend son rôle très au sérieux et lui transmet toutes les connaissances qu’il a acquises au fil de ces années. Il sert un peu de père de substitution à Thomas. Quant à la mère, on sait qu’elle cache un secret. Cette dernière est celle qui pousse le plus Thomas à emprunter la voie d’Epouvanteur malgré le danger que cela représente. Pourtant, elle reste très maternelle et protectrice envers son petit.

Enfin Alice, on la découvre dans ce premier tome et on sait qu’elle aura un rôle important dans la vie de Thomas. Tour à tour moqueuse, mystérieuse, gentille, elle reste très attachante malgré cette part d’ombre qui réside en elle. Probablement le personnage que j’ai le plus apprécié et dont j’aurais plaisir à découvrir dans les prochains tomes pour en savoir davantage sur elle.

Ce roman étant destiné avant tout à la jeunesse, l’écriture reste simple et se lit très facilement. Mais cela n’est absolument pas péjoratif et cette simplicité fait qu’on rentre très facilement dans le récit. De même, les péripéties vécues par nos personnages se voient à des kilomètres, les surprises n’étant pas forcément au rendez-vous. Après cela reste un premier tome, et rien n’indique que sa suite soit de cet acabit.

Un premier tome qui m’a captivée de par son ambiance et son histoire. J’ai surtout découvert que le film ne rendait absolument pas hommage au roman et que ce dernier est largement préférable. Comme on peut se douter, j’ai bien aimé ce début de saga et je lirai la suite avec plaisir.

Rendez-vous sur Hellocoton !